Pourquoi il ne faut pas avoir peur de la micro-influence

Peu coûteux et rapide, 94% des marketeurs estiment le marketing d’influence efficace. Pourtant, beaucoup d’entre eux négligent la micro-influence… mais en quoi consiste-t-elle vraiment ? Pourquoi cela ne sert à rien d’en avoir peur ? Pleins phares sur les fausses affirmations qui circulent encore sur cette approche authentique qui permet de toucher un maximum de consommateurs.

casual-friends-friendship-582429

Le marketing de micro-influence permet d’obtenir des contenus originaux et sincères sur les réseaux sociaux en échange de produits et/ou de services gratuits grâce à des collaborations avec des influenceurs.

« Rechercher un micro-influenceur !? Trop long et difficile à tracker ! »

Afin de maximiser les chances de réussir à mener une campagne d’influence, il est important de mettre votre énergie sur la recherche d’influenceurs qui correspondent le plus à votre entreprise (valeurs, niches, style de contenus…). Pour cela, il faut commencer par s’enlever de la tête l’idée qu’une campagne ne peut pas être réussie sans collaborer avec un influenceur qui a un grand nombre d’abonnés ou qu’on ne rémunère pas.

L’influence ne se limite pas à ça ! Il faut d’abord penser en amont aux objectifs de votre campagne, aux KPIs qui vont vous permettre de la mesurer et aux influenceurs qui connaissent et échangent le mieux avec votre cible. Choisir un influenceur qui ne vous ressemble pas, va vous décrédibiliser auprès de vos consommateurs.

Pour vous aider, vous pouvez vous faire accompagner par une plateforme, telle Hivency, qui permet d’identifier des influenceurs pertinents, de gérer vos collaborations et d’optimiser l’intégralité de votre stratégie de marketing de micro-influence.

« Ils sont trop petits donc pas assez impactants ! »

Si aujourd’hui, créer de la visibilité pour sa marque est un vrai challenge, lancer des collaborations avec des micro-influenceurs est autant impactant que de collaborer avec des macro-influenceurs… voire plus. Les micro-influenceurs possèdent une audience comprise entre 5k et 100k abonnés ainsi qu’une communauté d’abonnés fidèles autour de centres d’intérêt spécifiques (mode, beauté, voyages, lifestyle, food, sport, luxe etc.).

En effet, leur taux d’engagement est plus fort (+60%) et d’après Digimind, 82% des consommateurs suivent les conseils d’au moins un micro-influenceur sur les réseaux sociaux. Et pour cause, en phase avec leur communauté, ils interagissent avec leurs abonnés quotidiennement par le biais de commentaires, messages privés et ne communiquent que sur des produits ou services en lesquels ils croient.

Selon une étude Hivency datant de juillet 2019, lorsqu’ils ont moins de 100 000 abonnés, les influenceurs Web collaborent avec des marques qui leur plaisent davantage. Très accessibles, les relations avec les marques sont simplifiées et 23% des influenceurs Web ayant plus de 100 000 abonnés travaillent parfois avec des marques qui ne leur plaisent pas, quand c’est seulement 7% des influenceurs de moins de 100 000 abonnés.

« Ils sont moins chers donc forcément moins crédibles auprès des consommateurs ! »

Oui, travailler avec des micros coûte 6,7 fois moins cher qu’avec des macro-influenceurs mais qui a dit que la qualité du travail d’un influenceur se mesurait à son coût ? Si les macro-influenceurs privilégient la rémunération, toujours selon l’étude Hivency, les micro-influenceurs quant à eux préfèrent l’adhésion à la marque puisque pour la plupart il ne s’agit pas de leur métier mais seulement d’un complément de revenu.

Par ailleurs, 80% des influenceurs Web ayant entre 5 et 10 000 abonnés et 63% de ceux entre 10 et 50 000 ne se font que rarement rémunérer autrement qu’en produits. Il est par conséquent plus appréciable de collaborer avec des influenceurs qui croient en l’entreprise et en ce qu’elle vend.

« Ce n'est qu'une tendance éphémère ! »

NON, le marketing d’influence n’est pas une tendance passagère et encore moins la micro-influence. Cela a toujours existé et c’est Adidas qui en a été le précurseur en 1986. Elle a été la première marque à collaborer avec des non-sportifs et à sponsoriser un groupe de hip-hop (Run-D.M.C).

La nano-influence va aussi de plus en plus se développer, les entreprises souhaitant travailler avec leurs clients pour mieux cerner leurs besoins et attentes. Ils veulent créer une relation de confiance pour ensuite les transformer en ambassadeurs de marque. Les clients seront ainsi récompensés pour leur fidélité et leur engagement via une visibilité sur les réseaux sociaux de la marque. C'est déjà le cas pour de nombreuses marques qui ont des programmes de fidélisation ou d'ambassadeurs solides telles Sephora et son #SephoraSquad ou bien encore le détaillant Américain Macy's qui a recruté ses propres employés et stylistes personnels en tant qu'ambassadeurs de marque.

 

Et pour finir, souvenez-vous toujours qu’il faut privilégier la qualité des feeds et des échanges à la quantité de followers. Collaborer avec des influenceurs plus petits en matière d’abonnés, mais qui ont une communauté bien ciblée vaut mieux qu’un « grand » influenceur qui ne vous correspond pas.

 

Instagram : Qui sont les 10 influenceurs les mieux rémunérés de 2019 ?

Pour la troisième année consécutive, l'outil de planification Hopper HQ a publié le classement des influenceurs les plus riches sur Instagram. Alors, à votre avis, qui sont les dix célébrités qui...

Lire la suite

Les chiffres du marketing d'influence en 2019

Découvrez en image les chiffres clés du marketing d'influence en 2019.

Lire la suite

Les collections capsules avec les influenceurs : une stratégie payante !

Le terme de collection capsule est utilisé depuis plusieurs années dans le domaine de la mode et du luxe. Il s’agit d’une collaboration entre une enseigne de distribution et un créateur de contenu...

Lire la suite

Tags

Voir tout

Articles récents