Engagement, nano et micro-influence : focus sur Hugo Publishing

Hugo-Publishing-campagne-Hivency

Les entreprises ont un réel pouvoir de résonance, c’est pour cela qu’elles prennent de plus en plus position et s’engagent dans des campagnes de sensibilisation pour avertir leur audience et récolter des fonds. Cette année, à l’occasion d’Octobre Rose qui touche à son terme, la maison d’édition indépendante Hugo Publishing a décidé de lancer une campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein sur notre plateforme d’influence. Découvrez dans ce nouvel article l’interview de Sonia Fèvre, Responsable Marketing Digital chez Hugo Publishing.

Success story : une campagne de nano et micro-influence pour Octobre Rose

Quelle est l'histoire de la campagne "Recueil de 13 autrices engagées" pour soutenir l'association Ruban Rose ?

Sonia Fèvre : Tout d’abord, Hugo Publishing a à cœur de mettre au service son activité d’éditeur pour sensibiliser et soutenir des causes engagées dès que nous en avons l’opportunité. Avant ce recueil pour Ruban Rose, nous avons également mis en place le projet Storia, où chaque année au mois de novembre nous publions un recueil de nouvelles thriller dont les bénéfices sont reversés à l’association ELA pour les enfants malades. Pour ce recueil, l’idée vient de Claire Zamora, une des autrices de la maison, dont la maman a été emportée par le cancer du sein en 2020. Pour donner du sens à cette tragédie, pour rendre hommage aux victimes comme aux soignants, pour sensibiliser et pour redonner espoir, Claire a donc proposé l’idée de ce recueil à son éditrice et c'est ainsi que cette belle aventure a commencé.

 

 

   Sonia Fèvre, Responsable Marketing Digital Hugo Publishing 

 

 

Pourquoi avoir lancé cette campagne engagée ?

S.F : Avec la popularité de sa collection New Romance, notre maison est suivie par une grande communauté de femmes, directement concernées par cette cause. Également parmi nos autrices, beaucoup ont tout de suite trouvé écho dans ce projet, elles-mêmes personnellement touchées par le cancer du sein qui avait fait des ravages dans leur entourage. Il y a naturellement eu une envie immédiate d'unir leur plume pour lutter contre ce fléau. Et comme leur genre de prédilection est la romance, l’idée a été d’écrire un recueil de nouvelles feel-good sur le thème de la renaissance et de la vie après la maladie afin de redonner un peu de baume au cœur. 

Aussi, si nous avons évidemment pour objectif de faire un maximum de bénéfices afin de les reverser à Ruban Rose pour la lutte contre le cancer du sein, nous avons aussi pour objectif de redonner espoir, rappeler que même s’il laisse des traces et n’épargne ni la personne malade ni l’entourage proche, un après la maladie est possible.

 

Pourquoi avoir fait appel à des nano et des micro-influenceurs ?

S.F : Le cancer du sein est malheureusement un fléau qui nous touche tous. Nous savions qu’en faisant appel à un maximum de nano et micro-influenceurs, nous toucherions un public qui, par son propre vécu, aurait personnellement envie de s’engager. Plus qu’une campagne d’influence, nous espérions un engagement et des témoignages authentiques, pour toucher le plus de personnes possibles. Et c’est exactement ce qui s’est passé. 

Parmi les influenceuses qui ont participé à cette campagne, nous avons vu une infirmière qui accompagnait sa publication sur le livre par une leçon de d’auto-palpation pour aider les femmes à s’examiner, nous avons également vu des témoignages de personnes qui ont du subir une biopsie car on leur suspectait un cancer du sein et comment elles ont vécu cette épée de Damoclès au dessus de leur tête. Des récits parfois durs, mais qui ont su faire réagir leur communauté et sensibiliser à la cause. Ces tranches de vie ont une authenticité et une profondeur qu’une campagne traditionnelle n’aura jamais, d’où notre choix.

 

Le taux d'engagement pour votre campagne est impressionnant, que pensez-vous de ce résultat ?

S.F : Plusieurs publications ont dépassé 20 % de taux d'engagement, ce qui est excellent, mais qui fait sens dans la mesure où, comme évoqué plus haut, il y a une reconnaissance dans ce fléau et une identification qui donne envie aux gens de réagir. Le taux d'engagement moyen pour cette campagne dépasse lui-même les 7 % selon nos statistiques, c'est très impressionnant de voir autant de réaction.

 

Quel rôle joue le marketing d’influence dans ce type de campagne de sensibilisation aux côtés d'une association ?

S.F : Nous pensons sincèrement que le marketing d’influence est capital pour ce type de campagne. Car ce n’est pas une simple publicité pour un produit, c’est également s’unir à la lutte contre une menace qui peut tous nous concerner un jour. Cela donne envie de réagir, de partager, de participer. D’ailleurs, le succès de la campagne Ruban Rose en est la preuve, le taux d’engagement moyen est de plus de 7% (nous avons des publications qui ont un taux démentiel, dépassant les 20%... des scores inatteignables dans d’autres formes de campagnes).  

Notre recueil Storia 2022 sort dans 3 semaines, cette fois en faveur de l’association ELA, et nous comptons lancer à nouveau une campagne d’influence avec Hivency en faisant appel aux nano et micro influenceurs.

 

Le succès de cette campagne pour Octobre Rose met en exergue l'importance du marketing d'influence. De plus, on peut constater que les influenceurs, tout comme les entreprises, n'hésitent plus à s'impliquer dans des projets pour défendre des causes et des enjeux à l'échelle mondiale. On ne peut que supposer qu'en 2022 ce type de campagnes va exploser. 

Crédits photo à la une : Hugo Publishing 

Combined-Shape

Inscrivez-vous à notre Newsletter

  

Nos articles les plus lus

TikTok : qui sont les influenceurs les mieux payés de 2020 ?

Top 10 des influenceurs les mieux payés au monde sur Instagram en 2020

La plateforme Hivency rejoint le groupe SKEEPERS aux côtés d'Octoly

Commencez
maintenant !

Demander une démo